Aucun don pour le français

Le texte de la quinzaine, autour de la lettre D.

 

 

La famille D vivait la même scène soir après soir.

La mère cuisinait, au milieu d’un grand déballage de denrées diverses. Elle parlait avec douceur, mais personne ne l’écoutait. Ce soir-là, elle rapportait sa conversation avec sa mère, ses problèmes de dentiers, sa chasse aux doryphores…
« – Mouais, répondait avec dédain M. D., ta mère, elle ne fait pas dans la dentelle !
– Tu n’es pas drôle, Oscar ! Change de disque, de temps en temps ! »

Oscar D. bougonnait dès qu’il rentrait chez lui. Tout était prétexte à râler. Le désordre de leur appartement. Les dangers de vivre en banlieue. Le prix du dentifrice. Le manque de délicatesse de ses collègues… Jusqu’à la triste disparition des diplodocus !

L’enfant, lui, ne disait rien. Allongé sur le tapis, il terminait ses devoirs. Deux exercices de français, encore… Il était débrouillard mais l’école ne l’intéressait pas. Il se rêvait à dos de dromadaire, dans des pays chauds et lointains, admirant les dunes de sable. Il rêvait de fées, de djinns et de merveilleux,. Il s’échappait de son quotidien dans le dédale de ses pensées. Une fois couché, il distillait ses histoires au creux de l’oreille de son doudou.

Il entendit sa mère l’appeler et se hâta de terminer son classement alphabétique : darder, déclin, départ, désirer, devanture, dommage, dossier, drastique, dychotomie…  Tous ces mots commençant par la même lettre lui donnaient le tournis et menaient la danse devant ses yeux fatigués. Le sens même de certains d’entre eux lui échappait.
Il n’avait aucun don pour le français, lui répétaient sa maîtresse avec aigreur, son père avec fureur et sa mère avec regrets. Il préférait décalquer les dinosaures pour les reproduire sur ses cahiers.

C’est à ses pages d’enfance, toujours réécrites, toujours les mêmes mais toujours différentes, qu’il pense aujourd’hui. Désormais, plus de petits dinosaures dans les marges. Il vit de sa plume et vient de vendre un million d’exemplaires de son dernier roman…

Aucun don pour le français !!!

Les mots à placer étaient : dentifrice, délicatesse, deux, débrouillard, désirer, danse, danger, diplodocus, dentier, désordre, décalquer, drastique, douceur, dédain, désormais, dentelle, dromadaire, don, dédale, déballage, doryphore, drôle, départ, disque, déclin, distiller.

Voili, voilà.

3 réflexions au sujet de « Aucun don pour le français »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.