Des calories pour la Vie

Aujourd’hui, je vous présente une association de lutte active contre la faim. Il s’agit de l’association Des Calories pour la Vie.

Le constat est simple: ici, nous mangeons trop… et ailleurs, des gens meurent de faim.

Renaud le chantait déjà en 1991 dans Marchand de cailloux:

Pourquoi des mômes crèvent de faim,
Pendant qu’on étouffe
D’vant nos télés, comme des crétins
Sous des tonnes de bouffe

Alors, on peut décider de renoncer à une partie de ces calories et de verser l’économie ainsi réalisée à des œuvres qui luttent contre la faim. Ce n’est pas beaucoup ; c’est l’histoire du colibri, de Pierre Rhabi ou celle de l’étoile de mer, c’est déjà quelque chose. L’idée qui sous-tend l’action est de ne pas peser sur les budgets des jeûneurs tout en leur permettant d’agir à leur échelle.

Il s’agit de ne sauter un repas dans la semaine et de verser l’argent ainsi économisé à un projet humanitaire de lutte contre la faim, quel qu’il soit (Des calories pour la Vie n’encaisse rien). Marc Subilia qui a fondé cette association est pasteur, mais il n’y a rien de confessionnel dans ce qu’il dit. Il n’y a pas besoin de se réclamer de Bouddha ou de Jésus pour être révolté par la faim dans le monde.

Pour ma part, je pratique le jeûne un jour par semaine (toujours le même) depuis de nombreuses années. J’essaie aussi, ce jour-là, de ne rien dépenser, car ma première impulsion était de réfléchir à la consommation. C’est par le jeûne que j’ai été amenée à réfléchir à l’écologie. Comment et pourquoi est-ce que je dépense mon argent? Pourrais-je m’en passer? étaient les questions de base de ma réflexion.

Loin d’un ascétisme triste et rigoureux (rien ne vous permettrait de voir que je jeûne ce jour-là… sauf si vous me proposiez de la nourriture), je trouve que le jeûne me facilite la vie et me structure. Et si par hasard, il y a un anniversaire, une fête, un apéro le jour choisi, eh bien, je ne m’en formalise pas et profite de l’événement. Le lendemain, ou un autre jour de la semaine, je « rattrape » ce jour… Et s’il n’y a pas de rattrapage, ce n’est pas très grave!

Cela me libère du temps pour faire autre chose: on ne se rend pas compte le temps qu’occupe la nourriture dans notre vie, entre y réfléchir, l’acheter, la cuisiner, la consommer… Je « partage » quand même les repas de la famille en me mettant à table avec eux. La plupart du temps, cette journée-là est la plus dense de ma semaine, bien que j’aille souvent me coucher plus tôt!

Ma faim est aussi mieux régulée avec ces pauses hebdomadaires. Le fait de sentir quand j’ai faim me permet de moins m’empiffrer à certains moments… Je n’ai pas perdu de poids (dommage, mais ce n’était pas le but…), je ne fais pas de syncopes, je suis en bonne santé, et le jeûne ne m’empêche pas d’enseigner (debout toute la journée), de faire du vélo, de me balader… De vivre, quoi!

Je fais aussi un jeûne d’une semaine dans le cadre de la campagne de Carême. Le plus drôle que j’aie fait a été d’accompagner des collègues au restaurant tout en jeûnant. Les autres passent la commande, puis la serveuse se tourne vers moi:
Moi: Je suis dans une période de jeûne et j’aimerais juste une verveine.
La serveuse: Une verveine, d’accord, et à manger?
Moi: …
Eclat de rire des collègues!

Il y a encore quelques années, les gens regardaient le jeûne vraiment de travers… C’est moins le cas aujourd’hui, même si on me prend toujours pour une illuminée quand j’en parle!

Essayer une fois ou l’autre de sauter un seul repas dans la journée vous fera toucher du doigt la réalité de cette pratique… et peut-être rejoindre 

Voili, voilà, désolée pour ce message un peu long!

Passion

C’est le thème proposé par Carole cette semaine… et on peut dire qu’il m’a donné du fil à retordre car je n’avais pas trop d’idées…

En archivant mes photos de la semaine dernière, j’en ai regardé tout plein sur notre journée chez Alice au pays des Merveilles… et je me suis dit que je tenais ma passion!

En effet, des passionnés ont tout fait pour organiser un week-end mémorable autour de la jeune héroïne de Lewis Caroll: goûter du chapelier, décoration de petits gâteaux, contes pour petits et grands, maquillage, concours, origami… et le soir, projection du film de Walt Disney suivi de celui de Tim Burton en plein air… Un week-end formidable…

Si vous en avez envie et que vous passez par ici, vous pouvez encore voir l’exposition au Château de Saint-Maurice (Valais, Suisse).

Voili, voilà.

Deux cartes

… pour Mlle n°4, envoyées à la colonie…

La première correspond à un croquis proposé par Cat11 sur le CoffeeScrap… J’avais bien aimé l’idée de couper les carrés à droite…

Quant à la seconde, elle correspond à un copitage d’une carte de Karen:

Voili, voilà. J’avais beaucoup aimé faire ses cartes… et ma petite demoiselle à croquer, parfaite avec plein de petits défauts a beaucoup aimé aussi.

Deux cartes pour les cyclistes

Voici deux cartes que j’ai faites…

Sur mon modèle de découpe, j’ai mis le fond et la forme, ce qui m’a permis de faire deux cartes aux couleurs inversées avec mes découpes.

Lequel préférez-vous ?

Voili, voilà, bonne journée… Ici, il pleut…

Jeu de l’été chez Com.16 – Défi n°6

C’est chez Mamily qu’on trouve ce 6e défi du jeu de l’été organisé par Com.16.

Il s’agit de créer un article de décoration avec un papier Com.16 imprimé sur du calque.

J’ai réalisé un petit cadre pour Sixtine (ma fille, donc…).

J’ai utilisé le papier Alexis04, disponible dans la boutique Com.16. Ce papier, d’une double nuance de vert, m’a permis de découper le feuillage et le papillon. Ce cadre est en deux parties: le fond, qui contient le fond de page écriture, la fleur, les feuillages. Puis il y a une double-vitre, dans laquelle j’ai coincé le papillon, après avoir recouvert de poudre à embosser le papillon du dessus (en vert foncé).

Sixtine est super contente.

Voili, voilà. Belle journée.

Insolite/Incroyable

Thème choisi par Carole pour cette 32e semaine.

Pour ma part, j’ai choisi cette photo prise de printemps à Bose (Italie).

Une porte très étroite mais cadenassée empêche l’accès à une espèce de couloir à ciel ouvert (dont la largeur ne doit pas excéder 75 centimètres!) et au fond duquel… vous avez l’interdiction de stationner, comme vous pouvez le constater!

Cette photo n’est pas sans m’évoquer l’interdiction de stationner prise à Vallorbe en 2009!

Voili, voilà. Les autres insolites sont chez Carole.

Un petit haut pour moi

Parce qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même, j’ai décidé de coudre un petit haut pour moi…

Réalisé dans un coton léger, il est parfait pour la saison… Je n’ai que le mérite de la réalisation, j’ai trouvé un pas-pas parfait sur e-mercerie. J’ai beaucoup aimé suivre ces consignes car elles permettent d’avoir un vêtement vraiment adapté à sa morphologie… Je n’ai pas les compétences nécessaires pour modifier les patrons… Ici, on prend ses propres mesures pour créer le modèle.

J’ai mis environ trois heures pour le faire d’un bout à l’autre: prendre mes mesures, dessiner le patron (facile comme tout), couper, épingler, coudre… comme vous pouvez le constater, je n’ai cependant pas repassé l’objet fini! Comme je me suis mise en route vers 22 heures, cela m’a grignoté un bon bout de la nuit, mais j’étais bien lancée et je ne suis pas certaine que j’aurais eu le courage de m’y remettre ce matin: d’autres tâches m’attendaient…

Voili, voilà, vous l’aurez compris… je suis super contente du résultat.

Jeu de l’été chez Com.16 – Défi n°5

C’est chez Dani que l’on trouve le 5e défi du jeu de l’été organisé par Com.16.

Et voici ma carte, faite en regardant pour la énième fois Un amour de sorcière tout en pensant à Jeanne Moreau qui nous a quitté ce matin:

La boîte à secouer contient du sable rouge de Madagascar. J’ai utilisé le ravissant papier Agathe10, disponible dans la boutique Com.16.

Voili, voilà.