Scène de rue

Ahhh… Katmandou ! Que de sons, de couleurs, d’odeurs et de sentiments évoqués dans un seul nom de ville… La première fois qu’elle y était allée, emmenée par sa grand-mère, Alaknanda était encore une toute petite fille. Ce devait être aux alentours de 1937. La terre avait tremblé en 1934, laissant d’horribles ruines en guise de cicatrices visibles, sans compter les coeurs endoloris des trop nombreuses personnes touchées par les deuils.

Elle se souvenait de peu de choses de cette première visite: le temps où sa grand-mère s’était rendue, les ouvriers qui en refaisaient la peinture en étant pieds nus, une stupa sur une place… Elle regrettait de n’avoir pas pu mieux fixer ces souvenirs.

Mais chaque fois qu’elle y revenait, un souvenir était intact, un souvenir bien plus tardif: sa vocation de photographe. Elle avait vu une fois un homme avec un boitier noir autour du cou, il lui avait expliqué en anglais de quoi il s’agissait et lui avait montré quelques images. Alaknanda n’avait pas tout compris, mais avait immédiatement perçu le potentiel de cet appareil… et sa vie avait alors basculé.

Elle pensait image, photo, tout le temps. Au début, elle se servait de ses mains pour imaginer des cadrages. Et puis un journaliste américain était venu et, amusé par son manège, il lui avait prêté un Elioflex. C’était en 1951, l’appareil était récent. Durant son séjour, il lui avait appris quelques rudiments de développement, de prise de vue. En partant, il lui avait laissé l’Elioflex et un peu de matériel car il avait vu à quel point elle était douée.

Au début, il était difficile de se procurer du matériel… Et puis le Népal s’était ouvert. Elle avait beaucoup travaillé et avait fini par se faire connaître et reconnaître, parcourant inlassablement le Népal et photographiant partout des scènes de vie, des scènes de rue.

C’était un autre temps. Aujourd’hui, elle photographie avec son portable et publie directement ses images sur son compte Facebook Instant’Alaknanda, suivi par plusieurs dizaines de milliers d’abonnés de par le monde. Et quelle n’est pas sa surprise lorsqu’elle découvre un matin qu’une de ses photos a été choisie par un site français intitulé Mil et une qui propose d’écrire une histoire sur la base de sa photo!

Voili, voilà… C’était une nouvelle pour le nouveau thème de Mil et une… et cela faisait bien trop longtemps que je n’en avais pas écrit.

Carte Un grand merci

Une nouvelle carte pour le bingo du CoffeeScrap de ce mois d’octobre. Cette fois, il s’agissait de réunir sur une même création une esperluette, un chat noir, une déco en carton, la couleur jaune et un souhait… Et une fois passé sur mon bureau, cela donne ça:

Voili, voilà, merci de vos passages ici et de vos petits messages.

Toblerone habillé

Encore une ligne du bingo du CoffeeScrap pour réaliser cet habillage autour d’une barre de Toblerone. Pour cette fois, il s’agissait de mettre ensemble une maison (la petite bleue), de l’encre (pour faire les tampons bien entendu mais aussi les taches dans les étoiles et une brumisation sur la feuille jaune), des tampons (toi&moi, les étoiles, la maison (qui est en fait une flèche) et les chiffres), un pochoir (les pois sur le fond) et la couleur bordeaux (le fond). C’est un petit cadeau pour mon cher et tendre que j’ai rencontré il y a 24 ans… d’où les chiffres!

Voili, voilà, merci de votre visite.

Une carte maison

Toujours avec le bingo du CoffeeScrap, j’ai créé cette petite maison-carte. Sur cette colonne-ci, il s’agissait d’utiliser la couleur orange, des boutons (les fleurs), du bois (le hibou à côté de la porte), une esperluette (sur la porte) et une maison.

Voili, voilà.

Carte bingo

Après le bocal, j’ai eu envie d’essayer d’autres combinaisons proposées par le bingo du CoffeeScrap ce mois-ci. Pour cette fois, voici une carte qui contient un charme, du vert lagon, de la corde, un chat noir et de l’encre… Je ne sais plus qui m’avait envoyé de jolis chats noirs tamponnés, mais si tu passes par là… MERCI !!!

Voili, voilà.

Bocal d’automne

Voici une petite attention pour remercier des amis. Ce joli bocal répond au défi libre du CoffeeScrap pour le mois d’octobre. Pour ma part, j’ai choisi les cases qui m’ont fait allier les couleurs de l’automne: orange, vert lagon, jaune, bordeaux et un joker, j’ai choisi d’utiliser une feuille de livre. Il contient de délicieux fruits secs enrobés de chocolat. Il est écrit Couleurs d’automne sur l’étiquette.

Voili, voilà.

Copitage – Octobre

C’est une ravissante carte de Yalé qui nous a été proposée pour le copitage de ce mois-ci. J’ai toujours beaucoup aimé Yalé qui fait des création tout en légèreté, avec une douceur inimitable qui lui est propre… et que je n’ai pas su reproduire, bien que je sois très contente de ma carte qui part tout de suite pour aller chez un ami qui m’a rendu service hier.

Voili, voilà, merci de votre visite.

Combo – Octobre

Un nouveau défi du CoffeeScrap avec un combo fort de saison: vert anis, orange, marron et marron-rouge très foncé. Et cette carte, non moins automnale, faite pour l’anniversaire d’un collègue.

J’étais partie sur le copitage d’une carte… et pour finir, je m’en suis tellement écartée que je garde cette idée pour une prochaine fois… et que je vous livre cette carte comme ça.

Voili, voilà, j’espère qu’elle lui plaira… et surtout qu’il lira le livre qui l’accompagne!!!

La bannière d’octobre

Je ne veux pas changer de bannière car j’aime beaucoup la mienne faite pour un défi du poulailler il y a bien longtemps. Mais voilà, les bannières du poulailler me tentent bien quand même. Si bien que j’ai décidé de les faire pour mon journal de bord… ce qui explique les trous à gauche de la feuille.

Pour ce mois d’octobre, il s’agissait de n’utiliser que du jaune, du gris, du blanc et du noir, et l’une des 6 polices proposées (sujet à voir ici).

Et chez moi, cela donne une page jaune pétillante.

Voili, voilà.