Des portraits hauts en couleurs

Le CoffeeScrap proposait un copitage d’une page de NorineB.

Ma légende est longue, elle dit ceci :

Ce n’est pas la première fois que les Réformateurs se trouvent mis en couleur(s).
En 1985, les têtes de Théodore de Bèze et de Jean Calvin ont dû être remplacées : elles devenaient trop petites à cause des nettoyages rigoureux auxquelles elles avaient été soumises.
Cette fois, il est possible que la peinture jetée depuis la rue de la Croix-Rouge soit le fait de mouvements LGBTI+, lien (trop ?) facile quand on voit les couleurs lumineuses qui habillent Calvin et ses compagnons.
Le choix de cet endroit symbolique pour y apporter les revendications actuelles m’interpelle et me touche ; si je ne cuationne pas les dépérdations, je salue que le débat se centre précisément là dans la ville de Genève : peut-être les Réformateurs, sur leur piédestal, sont-ils attendris de voir se dérouler devant eux nos disputes modernes ?

Voili, voilà.

Une réflexion au sujet de « Des portraits hauts en couleurs »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.