Un dimanche comme les autres

J’inaugure aujourd’hui une nouvelle rubrique, celle de l’écriture.

J’ai toujours aimé manier la langue française mais n’en ai plus assez souvent l’occasion depuis que j’ai quitté les bancs de l’école. En me baladant sur la toile, je suis arrivée chez Asphodèle. A quinzaine, elle propose un jeu d’écriture : des mots sont imposés et il s’agit d’écrire une histoire.

Un dimanche comme les autres.

C’était dimanche soir. Il faisait noir dans la chambre mais malgré la fatigue, le sommeil refusait de l’envahir. Encore un soupir. Décidément, elle ne dormirait pas ce soit-là. Elle hésita, puis se leva en silence et se dirigea vers la cuisine.

Faute de mieux, elle se servit un whisky. La bouteille était presque vide, mais l’idée d’avoir trop bu lui donna l’impression d’être dans du coton. D’abord surprise, elle aima cette intimité avec elle-même.

Elle qui croyait tout savoir et maîtriser prit soudain conscience de tout ce qui lui échappait et lui échapperait toujours. La routine du quotidien, qu’elle croyait rassurante, l’oppressait. Ses projets s’étaient figés et n’avaient jamais abouti. Pas de beau mariage, juste une union libre qui n’avait de libre que le nom. Pas d’enfants qui courraient dans le jardin, seulement un 2 pièces au 7ème étage d’un immeuble sans confort. Un travail dans un bureau sans âme qui ne lui permettait pas de s’épanouir, au lieu de sa boutique de fleurs, tant de fois rêvée. Elle l’aurait appelée « A l’ombre du xyste ». Juste pour que les gens s’interrogent sur la signification de ce mot grec. Elle aimait que les gens s’interrogent. Elle aimait la curiosité et les curieux. Elle était créative mais n’avait jamais pu, jamais su l’exprimer.

Au lieu de cette vie douce et palpitante, elle avait son quotidien. Elle refusa d’y penser. Elle savait trop bien quelle morosité accompagnait cette longue litanie de petits et grands emmerdements. Un jour, sous la pluie, cette douce torture lui avait donné le tournis. Une panne de vie, en quelque sorte. Elle avait voulu mourir…

Elle bailla. Au ralenti, elle regagna son lit en zigzaguant.

Enfin, elle dormit.

Cette image a été trouvée sur la toile, elle ne m’appartient pas, mais je trouvais qu’elle correspondait bien à mon personnage.

Cette semaine, les mots étaient autour de l’ennui. Il s’agissait de : projet, dimanche, emmerdements, penser, intimité, hésiter, oppresser, pluie, savoir, morosité, panne, créatif, silence, bailler, fatigue, mourir, soupir, ralenti, routine, figé, vide, whisky, xyste et zigzaguer.

Je ne suis pas spécialement satisfaite de ce texte, mais au moins l’ai-je écrit. C’est finalement l’exercice qui me plaisait. Ce but-là est atteint !

Voili, voilà.

20 réflexions au sujet de « Un dimanche comme les autres »

  1. Eh bien pour une première fois moi je dis que tu te débrouilles très bien ! Tu écris bien (sans fautes et là je suis intraitable même si je ne peux le dire à tout le monde), ton texte n’est ni trop long ni trop court, les mots y sont et il a du sens, que demander de mieux ??? 😆
    Ce serait bien, juste si tu ajoutais le Logo des Plumes… juste… doucement, je ne crie pas !!! Bonne fin de soirée ! 😀

  2. voilà qui commence bien et est prometteur, et peut-être que le bonheur cherché est à l’intérieur d’elle-même, qui sait, juste là, à portée de main

  3. je l avais survolé hier soir, et j’ai pris un moment pour la lire, c’est vraiment beau, j’aime bien, tu a de nombreux talent, et tu peux rajouter celui de l’ecriture, en plus certain mots n’étaient pas facile à placer.

    je t’aime

  4. Belle première participation où je ne me suis pas ennuyée un seul instant 😉
    Merci pour ton passage chez moi, désolée de venir si tard pour te visiter mais vois-tu contrairement à ce que Aspho essaye de nous faire dire je n’ai pas beaucoup le temps de m’ennuyer hihi!!!
    Je te souhaite une bonne soirée!!!
    Bises amicales.
    Domi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.